Blog

Retrouvez nos derniers témoignages, idées de séminaires, et voyage incentive en Italie.
Contactez-nous pour en savoir plus.

Un village transformé en hôtel

«Auparavant, c’était une terre de bandits, de loups et d’ours», explique Daniele Kihlgren, séminaire Florence parcourant la campagne autour des anciennes maisons de Santo Stefano di Sessanio. Au-dessus des stériles collines du Gran Sasso dans la région centrale des Abruzzes en Italie, ce petit hameau, à peine changé depuis l’époque médiévale, risquait de revenir à son passé sauvage jusqu’à ce que Kihlgren se présente avec une vision. « Quand je suis arrivé ici sur ma moto, j’étais errant, totalement perdu. Ce lieu préservé, sans trace de modernité, m’a frappé comme Saint Paul sur la route de Damas », raconte-t-il. Kihlgren, un homme d’affaires italo-suédois, s’est depuis donné pour mission de sauver de tels villages en ruine en les transformant en stations balnéaires haut de gamme qui se fondent dans leur environnement. Sextantio (Via Principe Umberto, Santo Stefano di Sessanio; +39 0862 899112) à Santo Stefano est l’un des nombreux hôtels dits « diffus » qui évitent le modèle hôtelier habituel de regrouper les chambres et les installations sous un même toit.

Au lieu de cela, les 29 chambres, spa, Sextantio le bar à vin, le restaurant et la réception sont disséminés dans des bâtiments séparés autrefois utilisés comme granges, étables, porcheries, caves à vin et logements d’agriculteurs ou de bergers. Les cottages en bois et en pierre ont été transformés en suites, les donjons du village servent de salle de mariage et un ancien repaire de sorcière accueille désormais des réunions d’affaires. L’hôtel utilise même un bordel médiéval. Santo Stefano di Sessanio est un dédale de rues pavées, d’escaliers en pierre raides, d’arches, de voûtes, de gargouilles, de grottes cachées, de loggias décorées de fresques et de murs en ruine recouverts de lierre. Il y a aussi des ruines – les restes des maisons se sont effondrés lors du tremblement de terre de 2009 qui a secoué l’Aquila à proximité. Kihlgren me fait le grand tour, décrivant ses premiers jours en essayant d’acquérir une propriété dans le hameau – conduisant à des situations surréalistes pour lui et les villageois. « Quand j’ai frappé aux portes des gens en leur proposant d’acheter leur logement, ils pensaient que j’étais fou », dit-il. « Une fois par Le local a abattu un cochon juste devant mes yeux avec Bach jouant en arrière-plan.  » Aujourd’hui, le village peut être légèrement moins rustique, mais le charme de Sextantio réside dans son utilisation sympathique des structures historiques. A la réception, logée dans une ancienne étable à âne à l’entrée du hameau où se déroulent des crèches à Noël, la concierge me remet la clé de chambre la plus grande et la plus lourde que j’aie jamais rencontrée: 30 centimètres de fer pur. « De cette façon, vous ne le perdrez jamais », dit-elle.

Un chemin mène à ma chambre – La Bianca – l’un des cottages les plus proches de la réception (le plus éloigné se trouve à 200 mètres). J’ouvre le pêne grinçant d’une lourde porte en bois et j’entre dans une pièce chaleureuse et confortable remplie de parfum de braise et d’écorce d’orange – un parfum créé par l’hôtel pour évoquer un parfum de foyer typique. Les vieux meubles, y compris un rouet et des pièces de musée, sont juxtaposés à des sculptures modernes et élégantes, salle de bains luxueuse. Prendre une douche dans l’élégante baignoire en résine blanche est une expérience. Le rinçage consiste à utiliser un pichet pour collecter l’eau courante d’un robinet bas, un retour au passé. Il n’y a pas de télévision, de téléphone ou de minibar, mais ce n’est pas totalement hors ligne. Il y a un puissant signal Wi-Fi dans tous les bâtiments. PLUS: Combat en ruelle – La querelle de la ville sur le titre du passage le plus étroit d’Italie Le nid d’oiseau Allongé sur mon lit king size en fer forgé, je repère un vieux nid d’oiseau parmi les poutres du plafond en bois. « C’est ce que j’appelle l’Italie » authentique «  », explique Kihlgren. «Je voulais redessiner les bâtiments au fur et à mesure que nous les trouvions et faire revivre ce soi-disant patrimoine humain secondaire: celui des communautés pauvres et exclues qui pendant des siècles ont fait honte à l’Italie. « C’est pourquoi j’ai gardé les fissures dans les murs et la suie du foyer: ce sont des couches d’histoire. « Sextantio est l’opposé du tourisme colonialiste. Les clients ici veulent découvrir l’identité du village et se mêler aux habitants. » Dehors, dans le centre du hameau, le silence règne. Aucune voiture n’est autorisée.

Seulement 50 résidents vivent encore ici et, en me promenant, je rencontre des femmes âgées assises sur le pas de la porte et des restaurateurs d’art au travail. Parfois un passant me regarde timidement, séminaire Rome mais me salue avec un bonjour. « Même lorsque l’hôtel est complet, vous vous sentirez tout seul », explique Annunziata Taraschi, qui a un travail inhabituel en tant qu’anthropologue de Sextantio, rassemblant la tradition orale du village et les coutumes perdues. Bien que cela puisse être idéal pour les clients, les habitants ne sont pas si sûrs. « C’est une chose de venir ici en tant que visiteur et une autre de vivre ici », explique Dina Rusciolelli, propriétaire de La Bettola di Geppetto, la taverne du village. « Après un certain temps, vous pouvez devenir fou. » Il n’y a rien à redire sur la nourriture – un mélange de gourmet et traditionnel. Assis aux tables en bois marquées du Cantinone, une grande salle à manger à 50 mètres de la réception, Franco Cannioli me sert du pan bagnato – un plat de pain et de légumes – avec des viandes salées, de la soupe aux lentilles, du pecorino fromage, poires et noix. Il y a un verre de vin rouge Montepulciano di Abruzzo sur la table. Les repas du soir sont pris à La Locanda Sotto gli Archi, le restaurant de la grotte de l’hôtel situé de l’autre côté du hameau où le chef Simone Iezzi sert un menu changeant tous les jours qui comprend des plats typiques comme les raviolis au ricotta, les côtelettes de porc et les cèpes panés panés.

Après une sieste l’après-midi, je suis accueillie dans le salon de thé et la boutique d’artisanat de l’hôtel par Giovanna Fiorenzi, qui est assise dans un vieux cadre en rotation qui fabrique des tapis en laine, des couvre-lits et donne des cours de tissage aux clients. Elle tourne également quelques vieux contes, me racontant des esprits hantant les bois et des sorcières qui sucent le sang des bébés qui pleurent. Elle sert de la tisane de réglisse et d’artichaut aux côtés de gaufres traditionnelles de Ferratelle. Elle fabrique également Genziana, une boisson alcoolisée aigre-douce à base de racines de gentiane. Il y a une bouteille en cristal de Genziana et un crépitement le feu m’attend quand je rentre dans ma chambre en soirée.

  admin   jan 20, 2020   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

La cuisine des Pouilles

La région des Pouilles, dans le sud de l’Italie, n’a jamais été à court de nourriture et de boissons. Autrefois, en train, c’était une nuit de plus de six heures depuis Rome. De nos jours, avec de petits transporteurs aériens, vous pouvez vous y rendre en une heure depuis toute l’Europe.

C’est une région qui est connue depuis longtemps pour son mélange de plages, de châteaux, de fruits de mer fantastiques et de grands vins. La nourriture dans une grande partie du sud de l’Italie, contrairement à la croyance populaire, a tendance à être beaucoup plus axée sur les légumes et à être plus légère.

Les traditions de la cucina povera de la région ou la «mauvaise cuisine» dominent toujours et les légumes verts récoltés localement émeuvent dans de nombreux plats locaux. L’Orechiette au colza ou au lapin de brocoli est l’un de mes premiers et meilleurs souvenirs culinaires de la région et le plat règne toujours en maître.

Vous ne pouvez presque pas vous tromper dans les villes et les petites villes des Pouilles. Le poisson frais est transporté directement hors de l’océan, la burrata – une version à la crème de la mozzarella – est abondante; et les vins locaux sont frais et abordables.

De plus, si vous louez une maison, vous pouvez vous essayer aux ingrédients locaux et potentiellement cuisiner certaines des meilleures viandes et pâtes que vous pourriez manger. Les petits déjeuners sont riches en confitures locales, viandes et mozzarella rebondissante nageant dans l’huile d’olive.

L’une de mes meilleures expériences culinaires a été dans la périphérie de Bari. Al Gusto Antico est un restaurant et pizzeria avec un joli jardin ouvert jusqu’à minuit. La carte des vins est limitée mais a quelques vins délicieux comme un Negroamaro – un cépage local – vinifié en blanc version vin. Il est rare – seule une poignée de vignerons le produit – et frais, fruité et délicieux.

Le restaurant sert des plats simples d’orechiette de deux façons: y compris, en saison, séminaire Florence avec du viol. Les portions sont pour deux, alors ayez faim. Les pizzas sont également incroyables: croquantes, salées et fraîches du four à bois.

Autres destinations gourmandes

Mola di Bari est une petite ville résidentielle juste à l’extérieur de Bari elle-même. Pour référence, Bari compte environ 300 000 habitants, contre 25 000 pour Mola. Cependant, plusieurs d’entre eux préparent une tempête. Le seul joint en ville ouvert un lundi quand nous sommes arrivés en ville était le front de mer La Rotonda.

Là où le restaurant manque de charme, il fait grand cas de talent en cuisine. Les pâtes au homard et d’autres préparées avec des artichauts locaux étaient superbes et incroyablement abordables à sept euros la pop. Encore une fois, malheureusement, la carte des vins est limitée, les distributeurs locaux semblant acheter des listes entières dans les restaurants et les consacrer à seulement une poignée de producteurs.

L’Aromi Bistro, dans la ville de Sannicandro di Bari, se distingue également pour ses délicieuses pâtes et ses fabuleux flans et antipasti. Le château du même nom, juste au coin de la rue, mérite une visite.

La grande variété de vins locaux de la région mérite d’être découverte dans les cavistes locaux. Les blancs frais et fruités comme Falanghina sont excellents avec les fruits de mer et les raisins locaux tels que Uva di Troia font de délicieux vins rouges et font partie des mélanges avec d’autres raisins rouges remarquables tels que Primitivo et Aglianico.

  admin   jan 13, 2020   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Séminaire en Italie: découvrir Naples

Naples est située près du milieu de l’arc de collines qui, commençant au nord au promontoire de Posillipo et se terminant au sud par la péninsule de Sorrente, forment le centre de la baie de Naples. Au sud de l’entrée de la baie de la mer Tyrrhénienne, l’île de Capri forme un brise-lames partiel, visible de la ville par temps clair et en période de tempête imminente mais de plus en plus filtré par l’air pollué de la zone industrielle développée, depuis la Seconde Guerre mondiale , séminaire entreprise Italie entre le centre de Naples et les pentes du Vésuve. La pollution afflige également les eaux du port, obligeant les praticiens les plus scrupuleux de l’industrie de la pêche napolitaine immémoriale à se retirer toujours plus loin de leur côte d’origine.

Alors que l’importance de Naples en tant que principal port du sud de l’Italie est enfin en déclin, la ville reste le centre du commerce et de la culture méridionale de la nation, séminaire Milan assaillie par des difficultés invétérées et caractérisée par un esprit adroit et original qui conserve de nombreuses suggestions du passé classique et de l’expérience historique assimilée. De toutes les villes du sud de l’Italie d’origine grecque, Naples présente l’exemple le plus frappant d’une continuité animée. C’est aussi peut-être la dernière grande métropole d’Europe occidentale dont les monuments, bien que souvent en décomposition, peuvent encore être vus dans leur contexte populaire, sans distraction du tourisme ou du mercantilisme conscient.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle Naples a subi de graves bombardements, la modernisation a de plus en plus modifié le cadre et le caractère de la ville; et une mesure de la prospérité différée mais souvent spéculative se reflète dans les nouvelles banlieues qui prolifèrent maintenant dans un environnement autrefois rural. Cependant, Naples reste mystérieuse et fascinante, une ville dont la richesse requiert du temps du visiteur, de l’accessibilité et une certaine connaissance du passé napolitain. Son centre historique a été désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1995.

  admin   jan 08, 2020   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Rome, pour ses « ruines »

Rome est une ville qui m’a toujours fasciné. Commençant comme un maigre village, il est devenu la plus importante ville du monde il y a environ 2000 ans, au cœur de l’un des plus grands empires de tous les temps. De Rome, ses dirigeants ont dirigé un empire couvrant une grande partie de l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et c’est la société romaine qui nous a donné tant de choses de ce que nous avons aujourd’hui. La ville de Rome a été construite pour être aussi magnifique que son empire, et ses architectes en sont toujours vantés. Même avec la chute de l’Empire romain et des siècles de changement, la ville prospère toujours. Rome est une ville d’histoire, de romance et de culture. un must pour chaque voyageur.

Lorsque vous voyagez à Rome, c’est une excellente idée de commencer au début, incentive à Rome alors que Rome était le centre du monde. Bien que Rome soit maintenant une ville moderne, de nombreuses ruines de la Rome antique existent toujours. Voici quelques-uns des endroits les plus importants à visiter.

forum romain

Le forum romain antique était l’endroit où tout s’est passé. Tout d’abord en tant que royaume, puis en tant que république et, enfin, en tant qu’empire, Rome et son empire ont été gouvernés par le Forum (Forum Romanum). Abritant de nombreux édifices et temples gouvernementaux importants, le Forum était le centre de la société.

Aujourd’hui, le forum romain est certainement une grande ruine et une grande partie est indiscernable. Cependant, quelques ruines ont été restaurées et vous pouvez vous promener dans les anciennes rues du forum. C’est toute une expérience. Parmi les plus belles ruines à découvrir, citons le temple de Saturne, les arches de Septime Sévère et Titus et la basilique de Maxence.

Colline palatine

Pendant que vous êtes dans le forum romain, dirigez-vous vers la colline du Palatin qui offre une vue imprenable sur le forum. C’est ici que les personnalités les plus importantes de Rome ont choisi de vivre, y compris ses empereurs. Quand vous voyez la vue depuis le haut de la colline, vous verrez pourquoi ils ont voulu vivre ici.

Le Colisée

Situé juste à l’est du Forum, le Colisée est l’un des bâtiments les plus célèbres au monde. Aussi connu sous le nom de théâtre Flavian, le Colisée est le plus grand théâtre jamais construit et constitue l’un des plus grands exemples d’architecture et d’ingénierie romaines. Malgré près de 2000 ans de dommages causés par le tremblement de terre et les dégâts causés par le séisme et le pillage, une grande partie du Colisée existe encore de nos jours. Vous pouvez pénétrer à l’intérieur de cette grande structure et vous imaginer citoyen de Rome en train d’assister à un combat de gladiateurs. Celui-ci ne peut pas être manqué!

Arc de Constantin

Située à côté du Colisée, l’arc de Constantin a été construit en 315 après JC afin de commémorer la victoire de l’empereur Constantin sur Maxence, et les empereurs marchaient toujours dessous, après une victoire remportée sur le chemin du Forum.

Forum de Trajan

Assis en face de la romaine Forum, le Forum de Trajan (ou le Forum impérial) a été construit à l’époque impériale par l’empereur Trajan en 112 après JC et était l’un des marchés les plus importants de Rome. Bien qu’une grande partie ait disparu, une partie du forum ainsi que la colonne de Trajan subsistent et méritent d’être consultées.

Colonne de Trajan

Un des édifices romains antiques les mieux conservés, le Panthéon a été construit comme temple pour tous les dieux romains et est encore utilisé comme église catholique. En raison de son utilisation continue au cours des siècles, ce bâtiment n’est certainement pas une ruine et sa conservation est tout à fait exquise. Le dôme en béton du Panthéon est toujours le plus grand du monde.

Thermes de Caracalla
La baignade était un rassemblement social dans la Rome antique et les thermes de Caracalla ont été construits pour accueillir cela. Construits au début du IIIe siècle, les thermes de Caracalla étaient une grande structure pouvant accueillir jusqu’à 1600 baigneurs. Ils disposaient également d’une salle de sport, de bibliothèques et de magasins.

Tous ces Les sites Web devraient vous donner un bon aperçu de ce que la vie aurait pu être dans la Rome antique. En vous promenant dans ces sites historiques, essayez de vous imaginer citoyen de Rome il y a près de 2000 ans.

  admin   déc 17, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

De bonnes raisons de venir en Italie

Dites simplement le mot «Italie» et vous pouvez déjà le voir. Les pierres nobles de la Rome antique et les temples grecs de la Sicile. Les collines viticoles du Piémont et de la Toscane, les ruines de Pompéi, les canaux secrets et les palais en ruine de Venise. Pendant des siècles, les visiteurs sont venus ici à la recherche de leur propre tranche de vie agréable, et pour la plupart, ils l’ont trouvée.

Nulle part dans le monde, l’impact de la Renaissance ne se fait plus pleinement sentir que dans son lieu de naissance, Florence, dépositaire des œuvres artistiques laissées par Masaccio, Botticelli, Leonardo, Michelangelo et bien d’autres. Une grande partie du «monde connu» était autrefois dirigée par Rome, une ville prétendument fondée par les jumeaux Romulus et Remus en 753 av. Il n’y a aucun endroit avec plus de trésors artistiques – pas même Venise, une ville flottante apparemment impossible qui a été façonnée par ses marchands et leurs siècles de commerce avec les mondes byzantin et islamique à l’est.

Et il y en a plus. Bien avant que l’Italie ne soit un pays, c’était une collection lâche de cités-états. Des siècles d’alliance et de rivalité ont laissé un héritage d’art et d’architecture à Vérone, avec sa romance et une arène romaine intacte, et à Mantoue, séminaire Italie qui a fleuri pendant la Renaissance sous la dynastie Gonzaga. Padoue et ses sublimes fresques de Giotto sont également à proximité de Venise. À Sienne, l’art éthéré et les palais gothiques survivent, à peine modifiés depuis l’âge d’or de la ville dans les années 1300.

Plus tôt encore, l’éruption du Vésuve en a.d. 79 Pompéi et Herculanum préservés sous cendres volcaniques pendant 2 millénaires. Il reste le meilleur endroit pour se rapprocher du monde de l’Empire romain. Les bâtiments de la Grèce antique se dressent toujours à Paestum, en Campanie, et sur des sites en Sicile, la plus grande île de la Méditerranée.

Les collines ondulées et recouvertes de vigne du Chianti et les étendues vert émeraude cloutées de cyprès du Val d’Orcia servent des images emblématiques de la Toscane. Les marcheurs aventureux de tous âges peuvent faire de la randonnée entre les villages côtiers des Cinque Terre, où vous pouvez voyager tranquillement au 21e siècle. Qu’il s’agisse de fruits de mer le long de la côte sicilienne, de pizza à Naples, de pâtes à Bologne, de pesto à Gênes ou des vins rouges Barolo et Barbaresco du Piémont, vos papilles sont prêtes à vivre une aventure qui leur est propre. Milan et Florence sont des centres de la mode mondiale. Bienvenue à La Bella Italia.

  admin   déc 12, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Une balade à Rome

Rome est un beau chaos et de belles contradictions, et il faut absolument l’attendre d’une ville dont des milliers d’années d’histoire et de personnalités ont formé son présent palpitant. Vous obtenez d’abord un soupçon de nature peu engageante lorsque vous conduisez dans la ville depuis l’aéroport en passant devant des champs avec des moutons errants. L’autoroute débouche dans un quartier austère conçu dans les années 1930, où chaque bâtiment devait être un monument. Et le chaos commence: les quartiers congestionnés serpentent le long du Tibre, menant au centro storico (centre historique), où palais et églises baroques se disputent des monuments antiques pour obtenir une petite marge de manœuvre.

Il n’ya pas de patience, et il ne devrait pas en être. C’est Rome, où tout se passe. L’énergie peut être écrasante. Continuez à marcher Finalement, vous réaliserez que Rome n’est pas aussi grande que vous le pensiez – géographiquement et socialement. Tout le monde connaît tout le monde. Si vous visitez plusieurs fois les mêmes endroits et les mêmes places, vous constaterez qu’ils Je vous connais aussi.

Monti est le mélange parfait de bars animés, de grands restaurants, de magasins à la mode et de certains des sites historiques les plus reconnaissables. C’est là que vous trouverez des hôtels-boutiques cool, chics et même insolites et certains des meilleurs Airbnbs de Rome. Ne vous attendez pas à des noms de marque, mais ne vous en faites pas. Trouvez ce quartier.

La Villa Borghese, en particulier, est le plus joli parc de la ville et se situe au calme entre le centre historique et Parioli, un quartier résidentiel. Les quelques hôtels qui bordent son périmètre ont une vue panoramique et des piscines cachées. C’est juste assez proche du centre pour se sentir au courant et assez loin pour être une bouffée d’air frais.

Après avoir coincé le marché avec des pizzas et du pain à la boulangerie Antico Forno pendant quatre générations, les frères Roscioli ont ouvert un café et une pâtisserie de quartier qui, malgré le peu de place disponible, ne manque jamais de plaire aux locaux. Avec des boissons au café spectaculaires (les plus chaudes sont dans des tasses chauffées), les pâtisseries sont divines. Beaucoup sont dolci romains, voyage entreprise Rome difficiles à trouver à la vieille école. Si vous ne faites pas de bonbon, la sélection de salati (sandwichs salés) est grande et créative. Optez pour le pastrami finement tranché sur du maïs fait maison et le club-sandwich avec un œuf trop facile.

  admin   déc 05, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Quand venir à Milan

Milan, en Italie, est célèbre pour ses attractions renommées telles que le Duomo et La Dernière Cène de Léonard de Vinci, ainsi que pour être l’une des capitales de la mode du monde. Mais c’est aussi la deuxième plus grande ville d’Italie (après Rome), ce qui signifie qu’elle est bondée et au rythme rapide de l’année, avec une foule de touristes qui culmine pendant les mois les plus chauds de l’été. Bien que la ville mérite d’être visitée toute l’année, le meilleur moment est celui du printemps, lorsque le temps est plus frais (bien que parfois pluvieux) et que la foule soit moins nombreuse.

En général, choisir le meilleur moment pour visiter Milan dépend de ce que vous recherchez pendant votre séjour. Si vous souhaitez visiter les attractions historiques de la ville, le mieux est de le faire au printemps, quand le temps est frais et que les foules sont moins nombreuses. L’hiver à Milan est froid et gris, même s’il ya beaucoup moins de monde. L’automne est pluvieux et froid, mais également moins encombré, sauf pendant la fashion week de septembre, où la ville est pleine à craquer. L’été à Milan est idéal pour les festivals, mais c’est aussi très chaud et bondé.

Météo à Milan
Située dans le nord de l’Italie et entourée de montagnes au nord et de rivières sur trois côtés, Milan a quatre saisons distinctes et un climat humide et subtropical. Bien qu’il soit humide toute l’année, l’air humide est accompagné de températures élevées, atteignant parfois les 90 degrés Fahrenheit et parfois plus. En hiver, cette humidité se traduit par des journées et des nuits froides et brumeuses, et la neige et la neige fondue ne sont pas inhabituelles. Le printemps et l’automne apportent des températures plus fraîches, mais aussi les mois les plus pluvieux de Milan.

Comme ailleurs en Italie, le climat à Milan est de plus en plus imprévisible en raison du changement climatique. Bien que les températures se réchauffent généralement, la ville et ses environs sont toujours soumis à des vagues de froid inhabituelles et à des orages soudains et violents. Bien que les tendances saisonnières soient largement fiables, il est toujours préférable de se préparer à tout, ce qui implique de porter une veste légère et compacte pendant les mois d’été. couches pour l’hiver, à jeter au cas où il fait exceptionnellement chaud.

Des foules à Milan
Si vous visitez Milan en juin, juillet ou août, vous le trouverez bondé de touristes. Bien que la foule ne ressemble toujours pas aux pics enregistrés à Florence et à Venise au cours de ces mois, vous trouverez de longues files d’attentes dans les attractions et les chambres d’hôtel réservées. Planifiez bien à l’avance une visite à Milan en été, avec notamment la réservation de vos billets pour assister au dernier dîner de Léonard de Vinci ou pour accéder au toit du Duomo. Sachez également qu’en septembre et en février, la Fashion Week se déroule à Milan. Il sera donc difficile de prendre une chambre d’hôtel à moins d’avoir réservé longtemps à l’avance.

Attractions saisonnières et entreprises
Milan accueille les vacanciers et les hommes d’affaires toute l’année. Les fermetures saisonnières dans les hôtels, restaurants ou attractions sont pratiquement inconnues. Cela dit, les Milanais tentent d’échapper à la foule estivale et à la chaleur en août, lorsque la plupart des Italiens prennent leurs vacances. Vous pourriez trouver plus de touristes que d’habitants dans la ville ce mois-ci, ainsi que certaines entreprises fermées pour des vacances d’une semaine ou plus. Les prestataires de voyages peuvent organiser moins de visites en hiver, mais il est probable que si vous êtes intéressé par une visite de la ville ou une visite gastronomique, vous serez en mesure de trouver une visite qui vous convienne à tout moment de l’année.

Les attractions touristiques resteront ouvertes toute l’année, à l’exception du 25 décembre et du 1er janvier, date à laquelle pratiquement toutes les attractions seront fermées. Certaines attractions fermeront le dimanche de Pâques, toute la semaine sainte ou toute la semaine entre Noël et le jour de l’an.

Prix ​​à Milan
Alors que les prix des hôtels à Milan sont conformes à ceux d’autres grandes villes d’Italie et varient en fonction de la demande, il existe de brèves périodes pendant lesquelles les prix vont atteindre leur sommet: Semaine de la mode, Semaine du design (début avril), Noël et Pâques. Pour économiser de l’argent sur les vols et les hôtels, l’hiver est la meilleure période pour visiter. L’automne et le printemps, bien qu’ils ne soient pas aussi abordables que l’hiver, sont également les meilleurs moments pour faire de bonnes affaires. Rappelez-vous que toutes ces règles sortent de la fenêtre si il y a un événement de mode ou de design — assurez-vous de vérifier les dates de ces événements avant de réserver un séjour hors saison.

Principales fêtes et manifestations à Milan
Outre les événements de mode et de design susmentionnés, les événements les plus importants de Milan reflètent ceux du reste de l’Italie – Noël et Pâques. En décembre, la ville prend une atmosphère magique: rues illuminées de lumières scintillantes, vitrines remplies de décorations et de piazzas illuminées par les lumières, crèches et autres décors de fête. Un marché de Noël sur la Piazza del Duomo est un favori perpétuel, séminaire incentive Rome et des concerts de vacances ont lieu dans des églises et des lieux d’événements dans toute la ville. En avril ou fin mars, des concerts, des messes et d’autres événements liés à la Semaine Sainte et à Pâques ont lieu au Duomo, à l’opéra La Scala et à d’autres lieux.

  admin   nov 28, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Découvrir Gêne

Nichée dans une mince tranche de la côte nord de l’Italie entre la mer Ligure et les Apennins, séminaire Florence Gênes (ou Gênes en italien) est une ville portuaire historique aux espaces limités. Pendant des siècles, cependant, les fidèles Genovese ont tiré le meilleur parti de leurs terres, colorant le paysage de maisons et d’églises vivantes pour attirer les marchands du monde antique sur leurs rivages. Avec l’un des plus grands quartiers médiévaux encore intacts d’Europe, avec des œuvres d’art et une architecture époustouflantes, une cuisine délicieuse et un accès facile à certaines des plus belles eaux du monde, Gênes est un bel endroit à visiter.

Avec des musées, des galeries d’art, de magnifiques églises et des palais antiques, la ville offre des visites pour toutes les saisons, même froides et pluvieuses. Bien que l’hiver soit propice à la découverte, avec très peu de touristes, séminaire Naples la pluie peut être un défi. Gênes à la fin du printemps (avril / mai) et au début de l’automne (septembre / octobre) est suffisamment chaude pour profiter d’un après-midi sur la plage, mais n’est pas si remplie de touristes estivaux que vous vous sentez englouti par la foule.

Se déplacer à Gênes
Peu importe d’où vous venez, Gênes est facile d’accès, avec un grand aéroport et deux grandes gares situées à moins de cinq kilomètres du centre-ville. La plupart des vols internationaux arrivent à Milan ou à Rome, tous deux avec d’excellents vols de correspondance vers l’aéroport Cristoforo Colombo de Gênes. En raison de la topographie montagneuse particulière, les vols doivent aller en mer puis arriver le long de la côte. Si vous vous asseyez à droite de l’avion, votre vue est spectaculaire. Le service de train est excellent de toute l’Italie.

Les Génois sont fiers de leur métro, qui est propre et fonctionne régulièrement, mais ne dispose que de huit stations. Bien que cela ne soit pas pratique pour les longs trajets, les liaisons vers les deux gares simplifient grandement l’arrivée et le départ en ville. Il y a peu de taxis à saluer – cherchez plutôt des postes de stationnement aux jonctions principales comme l’Aquarium et la Piazza Ferrari. Gênes étant avant tout une ville piétonne, apportez des chaussures confortables et explorez à pied.

NE PEUT PAS MANQUER
À une époque révolue d’intrigues politiques et de menaces d’assassinat, le Doge de Gênes vivait dans un palais fortifié qui contiendrait assez de nourriture et d’eau pour le maintenir en vie pendant deux ans avec les portes scellées. Ayant besoin de se rendre dans la cathédrale de San Lorenzo par un couloir secret, il arriverait dans son église privée au moment même où la messe commençait. Bien qu’aujourd’hui cette partie de l’église soit normalement fermée au public, avec des réservations spéciales, vous pouvez visiter ses chambres, et de là, monter au clocher pour une vue spectaculaire sur toute la ville antique.

NOURRITURE ET BOISSON
le La focaccia, un pain plat traditionnel de la Ligurie, est le pilier de la cuisine génoise, et vous constaterez qu’il est presque impossible de rater son parfum flottant. Chaque boulangerie qui borde la Via San Lorenzo produit sa propre variété, de la simple huile d’olive et du sel à celles garnies d’olives, d’oignons et même enduites de Nutella. Une tranche standard vous coûtera 1 euro et vous permettra de préparer un délicieux petit-déjeuner avec un cappuccino à la vapeur.

CULTURE
Gênes regorge d’expériences du patrimoine mondial de l’UNESCO, notamment les Palazzi di Rolli. Ces palais du XVIe siècle abritaient autrefois la noblesse de Gênes et devaient figurer sur les listes des candidats comme lieu d’hébergement possible pour les dignitaires internationaux en visite. Passez une journée à explorer le Musei di Strada Nuova (les palais transformés en galeries d’art) et les boutiques entre eux. Économisez quelques heures pour l’abondance d’églises médiévales et de la Renaissance qui bordent la Via Garibaldi; une partie de l’art le plus précieux de la ville se trouve dans leurs murs.

Bien que Gênes ait été frappé par le ralentissement économique, il y a toujours une volonté de célébrer les événements du passé de la ville. L’une des quatre principales républiques maritimes historiques (avec Venise, Amalfi et Pise), « La Superba », Gênes, reste liée aux histoires et aux traditions maritimes. Tous les quatre ans, Gênes organise chaque année la régate du mois de juillet qui célèbre cette histoire. Donc, en 2014 et 2018, attendez-vous à rencontrer des centaines de bateliers costumés, de la musique live et des fêtes de rue en soirée.

  admin   nov 26, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Découvrir Sienne

Deux chiens jappent sur les roues du tracteur pendant que Mario Machetti gravit la pente poussiéreuse sur une piste poussiéreuse, envahie par la vigne. « Celui-ci est Bart et celui-ci est Lola », dit-il en descendant de son coursier pour nous présenter ses disciples à quatre pattes. « Je l’ai nommée d’après ma première petite amie. » La ferme de Machetti, au sommet d’une colline, est tout ce qui est bon à Sienne, la plus centrale des provinces toscanes, à commencer par la vue. Sa maison est un paysage de collines qui se croisent pour former une campagne qui semble se replier à jamais sur elle-même. Ici et là, le vert est divisé en morceaux de terre cuite – le toit d’une ferme ou d’une église, peut-être un petit groupe d’un village.

Jusqu’à ce que vos yeux se tournent vers la ville de Sienne, au loin; un collectif de bruns, de jaunes et de rouges changeant de soleil, s’élevant au-dessus du tapis vert. Même à notre position, à 30 bonnes minutes de route, la tour Torre del Mangia en marbre gris est clairement visible, découpant avec élégance la foule de carreaux pour s’élever au-dessus. tout.

Dans une baignoire transformée en jardinière, Machetti cueille des fraises lorsqu’il nous parle. Sa petite parcelle de Sienne peut sembler délabrée de la façon la plus pittoresque et la plus rustique qui soit, mais il en utilise tout pour cultiver, élever et cultiver des choses à manger ou à boire. Des poulets potelés défilent devant nous, alors que nous nous dirigeons vers ce que le chef qualifierait de potager. Ail, tomates, légumes racines, chaque feuille que vous pouvez imaginer – il n’est pas facile de voir où l’une se termine et où une autre commence. « Nous avons tout ce qui est important dans la vie ici », dit-il. « Le vin, les olives, la viande et les légumes – les quatre piliers de la vie. »

À côté de son potager de légumes, se trouve l’oliveraie, entre eux un assortiment de matériel agricole du millésime qui trouve habituellement son chez-soi dans un musée. «Mon père a utilisé des vaches pour tirer sa charrue», explique Machetti en montrant les reliques. En descendant la ruelle, nous passons devant un enchevêtrement de raisins de sangiovese (il possède deux hectares de vignes sur une parcelle de 24 hectares). Il taille en passant, jusqu’à ce qu’il ait une poignée de verdure, qu’il nourrit au prochain ami que nous rencontrons. « Beau, n’est-ce pas? », Annonce-t-il avec fierté alors que nous rencontrons son troupeau de Chianina.

Il y a 20 vaches, 20 veaux et un taureau, Warrior. «Il n’est avec nous que depuis un an, nous avons dû vendre l’autre parce qu’il était trop vieux. Pour moi, c’est la meilleure saveur de boeuf », explique Machetti. « Le goût est si fort parce qu’ils sont maigres, il n’ya pas de graisse, alors c’est juste un gros goût de viande – les côtelettes sont mes préférées. »

En revenant à travers les rangées de vignes, Lola en remorque, à sa ferme au sommet de la colline, Machetti nous présente Gino. «Il est avec moi depuis longtemps. Je n’ai que deux personnes ici qui travaillent pour moi, Gino et Antonella. Elle fait tout ce qui se passe autour de la cuisine, à l’exception du barbecue, qui est mon domaine. »

Son «restaurant» sur place fonctionne sur une base ad hoc. Comme lui et Antonella sont toujours sur place, avec sa femme Simonetta, il n’y a pas d’heure fixe. Vous appelez simplement et pour 45 £ par personne, Mario vous concocte une le banquet. Au sens le plus littéral. Quand nous nous asseyons pour le déjeuner, Antonella verse du vin rouge fait maison provenant d’un flacon géant. Le vaisseau de Machetti? Une chope. «Mon père buvait deux litres par jour», rigole-t-il en buvant sa pinte.

Le bon vin est partout, c’est le cœur du chianti, mais si vous possédez des vignes, vous avez votre propre vin, et celui de Machetti est presque une expression de soi: il est plein de saveur, avec tellement de fruits que c’est boire un bol de cerises et de framboises trempées en purée.

Sous de multiples formes, le terreau emplit la table, du vin aux salades vibrantes, en passant par la bruschetta à base d’huile d’olive et de tomates coupées grossièrement, ainsi que par un carpaccio à la fois sucré et copieux.

L’odeur du gril à charbon envahit la pièce avant que Machetti ne pose sur la flamme un steak géant florentin d’au moins 4 cm d’épaisseur. «Les Chianina ont été élevés pour travailler dans les champs, puis les agriculteurs les ont utilisées à des fins autres», explique-t-il, alors qu’il coupe des tranches épaisses de morceaux parfaitement carbonisés, caramélisés, steak fumé. C’est plus délicat que ce qu’il nous avait laissé croire, toujours maigre et fort, mais pas trop puissant. Les vaches ne tirant plus les charrues à travers le pays, les générations suivantes ont dû prendre un peu de douceur lors de leur retraite.

L’histoire de Chianina de Machetti sonne fidèle à Alessandro Chiesa, un chef né à Sienne qui vient de rentrer chez lui après des séjours dans les grandes villes italiennes pour préparer ses plats préférés au restaurant La Voliera, situé à 20 minutes de route à l’ouest. « Chianina est une viande de si bonne qualité. Si vous maîtrisez bien le feu, vous avez juste besoin d’un peu d’huile de sel et de romarin », dit-il.

Sur la terrasse en plein air du restaurant, le chef parle de la cuisine locale. La plaque devant nous est douloureusement délicate, à l’instar des inspecteurs Michelin, avec différents éléments saillants comme une installation artistique multicolore, à textures multiples et comestibles. Au milieu des angles et des boucles, des feuilles, des pétales et des purées, il y a des pommes de terre pourpres, des asperges blanches, des fleurs de courgettes, des carottes, tomates anciennes, poivrons et même verveine. C’est joli, mais tout à fait trompeur sur ce qu’est la cuisine toscane.

Même le chef qui sert cette corne d’abondance de légumes de saison sait qu’il s’agit d’assiettes bien plus robustes que celle-ci. Par exemple, la ribollita saine (soupe aux légumes et au pain) qui suit, qui regorge de choses tellement bonnes que je ne crois que maintenant que ce que ma mère m’a dit au sujet de manger mes légumes – j’ai l’impression d’avoir ajouté une année à ma la vie après un seul bol. «Cette soupe change avec la saison et où vous vous trouvez en Toscane», dit Chiesa. ‘C’est tout ce que vous pouvez trouver dans la région et ce qui est en saison. Vous venez de tout jeter dedans.

La maison de Chiesa se trouve à seulement quelques kilomètres de La Voliera, elle-même installée dans un hôtel situé dans un ancien village médiéval. «Chaque village d’ici a sa propre recette», séminaire Rome poursuit-il. «Par exemple, il y a le peposo, un ragoût qui a commencé dans un village où tout le monde travaillait avec de la poterie. Ils ont donc utilisé les fours en argile pour cuire le plat chaque jour. Ils combineraient le bœuf, les oignons, le vin rouge et le poivre noir dans une casserole et le mettraient au four avant de commencer leur travail. Ce serait prêt quand ils auraient fini.

«C’est ainsi que nous avons obtenu du fagioli el fiasco [un plat de haricots cuits dans une fiole], explique Chiesa. «Les paysans avaient l’habitude de mettre les haricots dans une bouteille de chianti avec de l’eau, beaucoup d’ail et de sauge, puis de les fermer, de les mettre au feu et de laisser le charbon aller au travail.

Quand ils sont revenus la nuit, les haricots étaient prêts à être consommés. ‘Même de nos jours, les mêmes plats sont omniprésents dans la région, bien que peu nombreux, avec autant de régularité que le pici, les fameuses pâtes roulées à la main que nous avons servies suivant.

Étirées à la main, elles ressemblent à des torsades en forme de corde, plus épaisses que les spaghettis, avec juste ce qu’il faut de morsure. Un ragù de sanglier cuit dans du vin rouge avec du romarin, du genièvre et de la sauge est ajouté à l’intérieur, ajoutant une richesse bien équilibrée avec les pâtes aux longues jambes al dente. «Nous mangeons toujours local», dit-il de son approvisionnement. «Nous sommes très ruraux Région; notre qualité est tellement meilleure que partout ailleurs.

La finale, une porchetta au jus de veau cuite lentement, dure huit heures. La viande douce et délicate contient le genre de punch que vous n’obtenez que de quelque chose de cuit d’une manière qui conserve la saveur à l’intérieur et ne reste pas dans le plateau.

Andrea Bezzini connaît ses cochons, mieux que même Chiesa. Sa famille est depuis le XIXe siècle les gardiens de la Cinta Senese, race autochtone de Sienne. C’est ce qu’ils ont fait depuis la même maison, à Simignano, un petit village à l’ouest de la ville. Il abritait autrefois 35 personnes et abrite aujourd’hui un dédale minuscule de rues. Aujourd’hui, après une brève introduction, il nous emmène voir sa famille bien-aimée.

Comme une cochonne équipe de football, ornée d’un kit noir avec des cerceaux roses, séminaire Italie la Cinta Senese envahit la colline en trottinant avidement vers Bezzini. Ils peuvent se déplacer librement sur quelque 420 ha et profiter de la quasi-totalité de leur régime alimentaire de l’année, mais ils savent qu’il va leur montrer où les bonnes choses sont. Il fait toujours.

Environ 100 ha sont remplis de leur nourriture de prédilection: les marronniers. Bezzini, armé d’un bâton de bois pour les trafics occasionnels, les dirige à travers un champ de sauge sauvage et de renoncules, l’air chargé d’arômes de menthe, dans une forêt remplie de châtaigniers tombés au sol. «Ils mangent avec les saisons», nous dit-il. «En septembre, ils obtiennent des pommes et des pêches, puis à partir d’octobre, ce sont des châtaignes et des glands. Elles durent jusqu’en février, car lorsque les feuilles tombent, elles recouvrent les noix pour les garder fraîches. Les cochons les étouffent. »

Une assiette de prosciutto di Cinta Senese est offerte dans l’un des bars au cours de l’happy hour de la ville de Sienne. Arrêtez-vous pour un apéritif après le travail (ou une journée de vacances) et vous pourrez participer à la diffusion de tous les favoris locaux. Et ce n’est pas seulement les viandes et les tapenades locales, mais aussi son fromage sensationnel. Bénéficiant d’un pecorino pour chaque occasion – vieilli en cave, vieilli en cave, salé, sucré, crémeux, acidulé, noisette – le stand de fromage est où vous allez bavarder, découvrez tous les potins et remplissez votre sac de plusieurs variétés.

Le potin le plus chaud de Sienne est celui du Palio. Pour une ville d’un peu plus de 50 000 habitants, elle se divise et s’unit deux fois par an. Divisée en 17 quartiers ou contrada, la place médiévale de Sienne, la Piazza del Campo, est recouverte de sable et transformée en piste de course. La ville entière se réunit pour deux courses – une en juillet et une en août – où 10 chevaux représentant chacun une contrada sont montés pendant trois tours. « La course est tout », nous dit un propriétaire de bar en remettant un negroni. « Votre contrada signifie tout pour vous, c’est votre vie, et le Palio est ce qui nous rassemble tous – nous détestons nos voisins pour ces jours-là, mais nous sommes à nouveau amis après. »

Le Palio est uniquement siennois et, pour une ville dont le peuple a connu des siècles de guerre, luttant contre une rivale aussi farouche que Florence, c’est leur différence qui les rend fiers. Dans une ombre longue de Florence, Sienne a toujours debout. Il s’agit de batailles (demandez à propos de Montaperti); dans son architecture – un coup d’œil sur le Duomo, un immense palais de glace et l’échiquier russe d’un bâtiment en sont un exemple typique; et dans sa nourriture et son vin. Maintenant, il les bat quand il s’agit de la bière. Ironiquement, l’un d’eux porte le nom de Dante, le propre de Florence.

La Diana est le seul brasseur artisanal de Sienne et des personnages de Dante’s Inferno donnent les noms de chacun de ses styles. «Dante a raconté qu’il était impossible de trouver la mythique rivière qui coule sous Sienne», explique le maître brasseur Francesco Mazzuoli. «C’est donc un nom qui nous convient.» La vente de bière artisanale à des Italiens est un défi presque aussi grand que celui de trouver une source d’eau inexistante. «Nous n’avons aucune culture de la bière en Italie», dit-il. «Nous sommes au pays du vin. Si les gens commandent une bière, cela peut être n’importe quelle bière. On ne demande jamais que du vin, c’est du rouge, du blanc ou du rosé, des raisins différents, des saveurs différentes. »

La Diana dans les styles belge, blé, IPA et APA est ramené à la vie avec des ingrédients siennois. Ils ont utilisé du houblon sauvage cultivé dans les murs de la ville, et l’ingrédient qui le définit, le miel, est également unique. «C’est doux, mais pas trop, dit Mazzuoli, un peu d’eucalyptus, mais pas trop fort. C’est doux. Comme une fleur, mais avec des épices. ’

Ils ont même travaillé avec le légendaire boulanger Lorenzo Rossi pour créer une bière – Piccarda – qui utilise sa recette traditionnelle pour confectionner la bière de fête ultime. «C’est Sienne en bouteille», raconte Rossi à propos de la bière, dans son magasin du centre-ville. La boutique fabrique les meilleurs biscuits, pâtisseries, confiseries et gâteaux de Sienne depuis 1952. Rossi, qui a succédé à son père il y a 20 ans, nous parle des ricciarelli (biscuits de type macaron), des cantucci (biscotti toscans), des fruits confits, ratios d’amande-sucre et les ingrédients qu’il utilise. Mais c’est toujours son panforte – une roue épicée et caoutchouteuse bourrée de fruits secs – qui est mieux connu. «Panforte regorge d’herbes et d’épices, c’est fait pour que vous vous sentiez mieux. C’est un apothicaire comestible », dit-il. « C’est l’alchimie des ingrédients qui le rendent spécial. »

Dans certains cas, très spécial. «Nous avions un client en particulier, un homme de 80 ans, qui est entré et a acheté un panforte, puis est revenu en acheter d’autres, semaine après semaine. Finalement, nous lui avons demandé ce qu’il en pensait. Il aimait tellement et sa femme a commencé à rougir – il s’est avéré que cela avait un effet aphrodisiaque. C’est le problème de Sienne », poursuit Lorenzo. « Nous sommes très fiers, nous sommes très proches et tout est question de passion. »

  admin   nov 22, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More

Les meilleurs restaurants de Florence

Riche en ingrédients frais provenant de la ferme, des vignobles, des oliveraies, de la forêt et de la mer, la Toscane est réputée pour ses plats simples qui mettent les saveurs naturelles à l’honneur. Des plats de viande classiques comme la bisteca Fiorentina (un t-bone à la coupe épaisse) au copieux soupe ribolita aux légumes et au pain, au pappardelle à la sauce de sanglier et aux légumes grillés arrosés d’huile d’olive fraîchement pressée, le goût de la Toscane fait partie plus grands délices.

Ora d’Aria
Via dei Georgofili, 11R, 50100 Firenze FI, Italie
Si vous ne savez pas vraiment ce que vous recherchez, vous risquez de manquer le restaurant Ora d’Aria de Marco Stabile, séminaire Palerme situé via dei Georgofili. Le soupçon d’une grande cage à oiseaux furtivement à travers une grande fenêtre dans un mur expansif et sans fioritures, c’est tout ce qui alerte …

Winter Garden de Caino
Piazza Ognissanti, 1, 50123 Firenze FI, Italie
La célèbre chef toscane Valeria Piccini a repris le restaurant gastronomique de l’hôtel St. Regis en 2014 et a rapidement été récompensée par une étoile Michelin. Partage son temps entre le St. Regis et son célèbre restaurant Da Caino dans la Maremme

Osteria Le Logge
Via del Porrione, 33, 53100 Siena SI, Italie
L’un des meilleurs endroits pour manger à Sienne se trouve à quelques minutes à pied de l’historique Piazza del Campo et habite une salle animée bordée d’anciennes armoires en verre et en bois remplies de livres et de bouteilles de vin.

Borgo San Jacopo
Borgo S. Jacopo, 62 / R, 50125 Firenze FI, Italie
Ce restaurant appartenant à Ferragamo est situé sur la rivière avec une vue imprenable sur le Ponte Vecchio pour les quelques chanceux qui parviennent à réserver une des tables sur la terrasse. Le chef Peter Brunel fait des vagues avec ses menus créatifs

La Locanda Di Pietracupa
Strada Pietracupa, 31, 50028 Madonna di Pietracupa FI, Italie
L’un des meilleurs restaurants de campagne abordables à une courte distance de Florence, cet endroit propose une cuisine toscane créative (plus quatre chambres confortables) et une belle terrasse avec vue. Les menus changent avec les saisons

Il Latini
Via dei Palchetti, 6R, 50123 Firenze FI, Italie
L’un des endroits les plus amusants où j’ai dîné en Italie était Il Latini, à Florence. C’est dans un grand bâtiment ressemblant à un labyrinthe avec du prosciutto âgé suspendu au plafond et de l’art collé sur les murs.

  admin   nov 14, 2019   Uncategorized   Commentaires fermés Read More
Page 1 sur 612345Dernière page »