Succès touristique de Florence

  admin   jan 09, 2017   Uncategorized   Commentaires fermés

C’est la troisième ville la plus visitée d’Italie, après Venise et Rome. Voici quelques adresses pour échapper à la foule. La Galleria dell’Accademia est le musée le plus visité de la ville. Et pour cause. Il sert d’écrin à l’original du David de Michel-Ange. À l’écart de cette agitation, il accueille, jusqu’au 6 novembre, une exposition consacrée à Lorenzo Bartolini, un des grands sculpteurs florentins du XIXe siècle, ami d’Ingres et très en vue à la cour de Napoléon. Sculptée dans le marbre, Elisa Baciocchi, née Bonaparte, éphémère grande-duchesse de Toscane, voisine avec un bronze monumental de son frère, l’empereur des Français. L’œuvre la plus célèbre de cet artiste sensible reste La Foi en Dieu symbolisée par un nu de femme. Via Ricasoli, 58-60. L’église San Miniato al Monte se mérite. Une bonne demi-heure de marche d’abord jusqu’au panorama de la Piazzale Michelangelo, encombrée de cars de touristes, puis encore deux bonnes centaines de mètres, avant un escalier monumental que l’on gravit dans une solitude presque complète. Cette église, ouverte gratuitement à Florence, quasiment la seule, est paradoxalement la moins visitée. Tant mieux ! On peut y admirer tranquillement la façade en marbre de Carrare, ourlée d’une serpentine verte. À l’intérieur, le toit en bois polychrome de la nef est une splendeur, autant qu’une curiosité. Tous les jours, à 17 h 30, on peut y entendre des chants grégoriens. Un régal ! San Miniato al Monte, Via del Monte alle Croci. Après s’être fait bousculer à la Galerie des Offices ou dans les palais Vecchio et Pitti, hauts lieux du tourisme à Florence, retrouvez le calme et l’intimité du Palazzo Davanzati, l’unique palais du XIVe siècle à avoir gardé son décor peint d’origine. La restauration se fait par étapes. Depuis quelques semaines on accède au second étage, plafonds, cheminées, mobilier. Une merveille que l’on visite librement. Palazzo Davanzati, via Porta Rossa, 13. Pour le petit noir serré du matin se rendre dans un café typique (via Segido, 8r), sorti tout droit d’un film de Fellini. Pour l’apéritivo, vers 18 heures-19 heures, Sei Divino (Borgo Ognissanti, 42r), bon choix de bières et de vins de Toscane blanc et rouge, servis avec charcuterie et fromages locaux. On est debout sur le trottoir ou assis sur la minuscule terrasse. Pour déjeuner, le rendez-vous chic des trentenaires est La Bottega di Rosa (Via del Campidoglio, 10), ouverte depuis décembre : décor design, terrasse élégante, et dans l’assiette de très bonnes pasta. Dans un autre genre, fréquentée par une clientèle étudiante et familiale, Gusta pizza (via Maggio, 46. Tél. : 00 39 05 52 850 68, autour de 10 €) est très fréquentée par les Florentins, tellement bondée que tout le monde s’assoit n’importe où. La pizza y est, dit-on, la meilleure de la ville. Un peu plus loin, Gusta Osteria (piazza San Spirito. Tél. : 00 39 05 52 85 033, env. 20 €) est une délicieuse trattoria, rendez-vous des artisans du quartier.

Comments are closed.